Les chantiers éducatifs

null

Définition

Comme son nom l’indique, le « Chantier éducatif » recouvre une dimension de travail et une dimension éducative :

organisation de phases de travail, avec production de biens ou de services, dont l’objectif est de mettre des jeunes (de 14 à 18 ans), en réelle situation salariale. En échange de ce travail, les jeunes participants sont rémunérés à hauteur du SMIC avec les abattements liés à l’âge conformément au code du travail.

cadre particulier pour l’action éducative.

Il s’agit d’une action de socialisation par le travail : apprentissage des règles, des droits et des devoirs qui régissent les relations au travail. Elle se situe en amont d’une démarche d’insertion professionnelle. L’action est donc adaptée, à la fois à des jeunes scolaires qui peuvent effectuer des expériences de travail durant les vacances, et à la fois à des jeunes suivis par les éducateurs pour leur fragilité, leur histoire, ou leurs handicaps qui les maintiennent éloignés du monde du travail.

Opérateurs

Cette activité s’adressant à des jeunes, souvent mineurs (l’embauche est possible à partir de 14 ans révolus, dans les conditions décrites par le code du travail), le législateur a porté une attention toute particulière sur les structures susceptibles de mettre en œuvre ces chantiers éducatifs. Ce sont exclusivement les associations de Prévention Spécialisée dûment habilitées et conventionnées par le Conseil Départemental dans le cadre de l’aide sociale à l’enfance, qui sont autorisées à mettre en œuvre les « Chantiers éducatifs ».

Cette précaution apporte la garantie que la législation sera bien respectée, et que l’aspect éducatif sera fortement présent.

En Haute-Savoie deux structures sont habilitées pour la mise en œuvre de la mission de Prévention Spécialisée : l’E.P.D.A. (Service Prévention Spécialisée) et l’Association PASSAGE. Ces deux structures se sont réunies pour la création de l’Association Intermédiaire Chantiers Educatifs Mont Blanc (CEMB).

Cadre législatif

La loi d’orientation relative à la lutte contre les exclusions n° 98-657 du 29 juillet 1998, dans son article 13 définit le rôle et les attributions de l’association intermédiaire (article L. 322-4-16-3 du Code du Travail).

La circulaire DGEFP/DAS 99-27 publiée le 29 juin 1999, positionne les Chantiers Educatifs dans l’Insertion par l’Activité Economique (I.A.E.) en exigeant qu’ils s’appuient sur le cadre juridique des Associations intermédiaires. Cette circulaire les exonère d’un certain nombre d’obligations, adaptant parfaitement la législation aux objectifs éducatifs.

Afin de maintenir la spécificité de ces chantiers, la Délégation Générale à l’Emploi et à la Formation Professionnelle a précisé les nouvelles modalités de conventionnement des Chantiers Educatifs par l’Additif du 19 mai 2011, à la circulaire D.G.E.F.P. n° 2008-21 du 10 décembre 2008.

A Passage

Dans notre association il y a 2 types de chantiers :

Ceux encadrés par les éducateurs de rue : ils concernent essentiellement des jeunes scolaires, pendant les périodes de vacances.

Le chantier permanent : Il s’agit de plusieurs chantiers encadrés par les éducateurs techniques. Ils accueillent chaque semaine entre 12 et 16 jeunes de 16 à 18 ans des différents territoires. Il fonctionne toute l’année.

Pour l'éducateur, pour le jeune, pour l'environnement ...

null

POUR L’ÉDUCATEUR, IL S’AGIT :

D’un support à la relation :
on sort du discours
on vit des moments forts
on fait avec
on observe, on se parle, on écoute

D’un temps éducatif :
transmettre un savoir-faire
transmettre un savoir-être
donner confiance
fixer un cadre, des limites

Une réponse concrète :
rendre lisible l’intervention en Prévention Spécialisée
un temps de présence sociale
répondre à un besoin économique et à un problème collectif

POUR L’ENVIRONNEMENT, IL S’AGIT :

D’un autre regard sur le jeune :
le travail, vecteur d’intégration
utilité sociale
appartenance à une communauté

D’une réponse concrète :
rendre visible un accompagnement éducatif
répondre à des besoins, des petits travaux pas toujours effectués

POUR LE JEUNE, IL S’AGIT :

D’une réponse économique :
gagner de l’argent honnêtement
acquérir de l’autonomie
un coup de pouce pour un projet

D’une reconnaissance : – avoir une place
appartenance à la communauté
donner une image positive de soi
se rendre utile
découvrir ses capacités
faire partie d’une équipe

D’un cadre sécurisant :
respecter des consignes
respecter des horaires
respecter les collègues, l’environnement

D’un temps d’apprentissage :
premier contact avec le travail
exécuter une tâche
aller jusqu’au bout
se conformer à l’autorité

Tremplin pour l’insertion professionnelle :
acquérir un savoir-faire
acquérir un savoir-être

Mais c’est aussi :
la pause casse-croûte
une pêche pas possible !
de bonnes rigolades
de grosses prises de têtes
etc ….